DOUBS

Le Rucher des Deux Lacs

Jean-Baptiste GIRARD

Lieu-dit l'Abbaye

25160 LABERGEMENT-SAINTE-MARIE

Tél. : 03 81 69 31 06

Fax : 03 81 69 73 94

Site web : www.lerucherdes2lacs.fr

Ouvert du lundi au samedi de 10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 19 h 00

 

Cet apiculteur doubiste produit notamment un original miel de Pissenlit, doré, onctueux, au goût prononcé ainsi qu'un miel de Sapin (*) de couleur sombre, liquide, très doux et à la saveur très caractéristique.

(*) Le miel de sapin est obtenu à partir d'un miellat, c'est à dire une substance liquide et visqueuse régurgitée par des homoptères et qui est ensuite butinés par les abeilles sur les sapins. 

 

Boucherie charcuterie artisanale PAILLARD frères

9 avenue de la Gare

25160 LABERGEMENT SAINTE-MARIE

Tél. : 03 81 69 31 44

Fax : 03 81 69 70 09

Email : paillard.did@wanadoo.fr ou boucherie.paillardfreres@orange.fr 

Site web : www.charcuterie-paillard.com

 

Cette "vertueuse" adresse m'a été donnée par Marc Faivre, patron et cuisinier du restaurant le bien nommé, Au Bon Accueil de Malbuisson (1* Michelin). Elle propose notamment une excellente saucisse de Morteau mais aussi d'autres savoureuses et goûteuses "charcutailles". Depuis 2008, elle s'est installée juste en face de ses anciens locaux dans un nouveau bâtiment baptisé le "Chalet Gourmand". Celui-ci regroupe les ateliers, le magasin et l'épicerie régionale, et est particulièrement reconnaissable à son tuyé - le fumoir - qui culmine à 12 m de hauteur et donne à l'ensemble un cachet typiquement franc-comtois.

 

 

Distillerie Pierre GUY

49 rue des Lavaux

25300 PONTARLIER

Tél. : 03 81 39 04 70

Site web : www.pontarlier-anis.com

 

La Distillerie Pierre GUY est une distillerie d'Absinthe fondée par Monsieur Armand Guy. C'est la dernière distillerie familiale de Pontarlier où se sont succédé 4 générations de distillateurs depuis 1890.

Spiritueux à base d'absinthe : Absinthe Pierre Guy et Pontarlier anis à l'ancienne

 

Les Fils d’Emile PERNOT

44 rue de Besançon

Tél. 03 81 39 04 28

25300 PONTARLIER

 

Spiriteux à base d'absinthe : Absinthe Roquette 1797 (La Roquette 1797 est embouteillée à partir de distillations qui ont vieilli entre 6 et 18 mois), Absinthe Un Emile blanche (68 % vol) et Vieux Pontarlier (Anis distillé sans sucre).

La maison propose aussi une intéressante Eau de vie de Gentiane au goût "terreux" très particulier.

 

 

Historique de l'Absinthe (Tirée du site web de Pierre Guy)

 

Afin de comprendre pourquoi on distille de l’anis vert à Pontarlier, il paraît indispensable de connaître la belle histoire de l’absinthe.

L’absinthe et Pontarlier ont une vie commune forte, nous allons ici vous en conter les faits les plus marquants associant à celle-ci la Distillerie GUY.

 

Qu’est ce que l’absinthe ?

C’est une plante aromatique bien connue depuis l’Antiquité pour ses vertus médicinales. C’est à Couvet en Suisse, à une trentaine de kilomètres de Pontarlier qu’à la fin du XVIIIème siècle, on entend parler du remède de bonne femme de la Mère HENRIOT utilisé par le Docteur ORDINAIRE pour soigner ses clients, et qui consistait en une distillation d’absinthe.

Le secret de fabrication de la Mère HENRIOT passe aux mains du Major DUBIED en 1797. Celui-ci exploite le procédé à Couvet à raison de 30 litres par jour, puis pour éviter les droits de douane vient s’installer à Pontarlier en 1805 Maison Bastide, Grande Rue, et là, dans ses laboratoires, la fabrication journalière s’élèvera progressivement des 30 litres primitifs à 25 000 litres en 1908.

En 1826, il existait à Pontarlier quatre distilleries d’absinthe qui fabriquaient 100 000 litres par an.

En 1913, elles étaient 22 auxquelles il faut ajouter 3 distilleries installées dans les environs de la ville.

La production journalière est alors de 55 000 litres en 1833, et on expédie de l’absinthe dans le monde entier… même jusqu'en Chine. L’Absinthe est de plus en plus appréciée par de nombreux consommateurs. C’est un apéritif « du tonnerre », qui ne coûte que 2 sous, et qui titrait, tenez-vous bien... entre 65 et 72 degrés.

Il faut préciser que l’absinthe, la plante que l’on cultivait tout autour de Pontarlier, jusqu’à Morteau et Levier, était distillée avec de la graine d’anis vert cultivée en Espagne. Il est inutile de dire que chacun avait son emploi, soit dans les champs, soit dans les distilleries. La plus grande distillerie était la Maison PERNOD, fondée par le Major DUBIED dont il était question précédemment, et son gendre Henri-Louis PERNOD.

En 1901, cet établissement fut la proie d'un incendie extraordinaire dont on parle encore aujourd’hui à Pontarlier. L’absinthe stockée en grande quantité aurait pu provoquer des explosions et même un incendie total de Pontarlier, si un ouvrier n’avait pas pris l’initiative de vidanger les cuves directement dans le Doubs, rivière toute proche de la Distillerie.

L’apéritif était servi d’une manière inattendue, et en plus, on pouvait le boire à l’œil. Il suffisait de se pencher sur les berges, de remplir son verre, et de consommer. Les badauds et les pompiers trinquaient à qui mieux mieux. On raconte que les soldats en garnison à Pontarlier buvaient à même leur casque, et la Fée Verte, c’est ainsi qu’on appelait l’absinthe à cette époque, avait coloré le Doubs au point que l’on retrouvait sa couleur jusqu'à la Source de la Loue, ce qui démontrait que la Loue était une résurgence du Doubs.

Enfin allait commencer une violente campagne contre l’absinthe. Les « contre » disaient « l’absinthe rend fou et criminel, elle fait de l’homme une bête et menace l’avenir de notre temps » et les « pour », c’était les parlementaires du Doubs qui défendaient une industrie florissante.

Mais la mévente chez les vignerons du Midi et les évènements de 1914 allaient être fatals à l’absinthe. Par décret du 4 août 1914, deux jours après la déclaration de guerre, la vente de l’absinthe était interdite en France, et par la loi du 8 mars 1915, elle était proscrite pour toujours.

Certains des alambics présents à la distillerie étaient déjà utilisés il y a plus d'un siècle pour la distillation de l'Absinthe.
Aujourd'hui, ce sont toujours dans ces mêmes alambics que nous fabriquons le PONTARLIER-ANIS, la liqueur de sapin et nos autres alcools.
Nos foudres centenaires ont servi au vieillissement de l'Absinthe vers 1900. Ils sont en chêne et encore en parfait état, comme quoi, l'alcool conserve !

 

Et l'Absinthe ?

Et bien, depuis 2001, la Fée Verte est ressuscitée !

Après de nombreuses recherches prouvant scientifiquement que les accusations portées contre elle n'étaient pas fondées, c'est à l'instigation de notre établissement qu'un décret autorise, de nouveau, la commercialisation des spiritueux à l'Absinthe.

La plante d'absinthe est récoltée fin juillet, souvent à la main, elle est rassemblée en bottes, afin de subir un séchage lent et propice à développer ses fins arômes. Ses feuilles et ses fleurs ainsi séchées sont utilisées dans les mêmes proportions que la recette ancestrale de la famille Guy. Abaissée à un degré raisonnable, notre Absinthe François Guy redonne ses lettres de noblesse à un apéritif mythique !

Nous distillons également des bourgeons de sapin qui sont récoltés au moment de la pousse printanière, pour en faire une liqueur, le "VERT SAPIN", spécialité de Pontarlier. Vous connaissez les bonbons ou pastilles aux bourgeons de pin et de sapin recommandés pour les maux de gorge, cette liqueur elle aussi, est favorable au traitement des irritations de la gorge, quand elle est consommée en grog.

Les produits fabriqués dans notre établissement sont naturels, à base de plantes ou de fruits sélectionnés avec le plus grand soin.

Si vous nous avez rendu visite, ces quelques lignes vous rappelleront, nous l’espérons, de bons souvenirs.

Si vous n’êtes jamais venu nous voir, nous vous attendons pour une dégustation gratuite de tous nos apéritifs, eaux-de-vie et liqueurs.

 

Cette photo est un hommage à mes parents et grands-parents, témoins d'une époque conviviale où dans  un même  lieu se côtoyaient un salon de coiffure, un café et un restaurant !

Ma Newsletter