Bienvenue à vous sur ce site voué à la découverte des plaisirs gourmands solides et liquides, mitonnés par des artisans souvent talentueux et passionnés, sans oublier bien sûr quelques récréations touristiques et digestives

Qui sommes-nous ?

(Pour le savoir, cliquez sur le lien ci-dessus)

Janvier 2019

Les nouveaux Bib gourmand 2019 sont parus !

Pour prendre connaissance des 63 nouveaux 2019, il suffit de cliquer sur le lien suivant : https://restaurant.michelin.fr/magazine/bib-gourmand-2019-67-nouvelles-adresses

Je ferais juste une parenthèse sur ce palmarès à propos du Bistrot des Hauts de Loire qui le décroche 9 mois seulement après son ouverture (le 6 avril 2018). J'avais d'ailleurs consacré un commentaire à ce "Bistrot" suite à un déjeuner du 7 avril 2018.

 

Ci-dessous, les Bib gourmand en fichiers PDF. 

Les nouveaux Bib gourmand 2019
Séléction nouveaux Bib Gourmand 2019.p
Document Adobe Acrobat 17.5 KB
Tous les Bib gourmand 2019
Sélection complète Bib Gourmand 2019.p
Document Adobe Acrobat 54.0 KB

Octobre-Novembre 2018

Le BarJu c'est vendu !

La story durait depuis bientôt 2 ans et alimentait les potins tourangeaux, et même mon site ! C'est désormais officiel, Barbara & Julien Perrodin ont enfin vendu leur BarJu. Ils y restent néanmoins jusqu'à fin décembre 2018 et feront ensuite une petite pause avant de se lancer dans une nouvelle aventure ! Où ? Je vous en informerais quand Julien Perrodin m'en donnera le feu vert ...

Mon prochain commentaire relatant mon expérience de Lièvre à la Royale du 20 novembre dernier, sera donc le dernier billet que je consacrerais à ce restaurant pour lequel j'éprouvais une sympathie toute particulière ...

Le BarJu

Barbara & Julien PERRODIN

15 rue du Change

37000 TOURS

Tél. : 02 47 64 91 12

Site web : www.barju.fr

Château de Versailles, ultime visite

Lors de notre visite en ces lieux le 9 juin dernier, je n'avais pas du tout apprécié que le pourtour de la Maison de la Reine soit inaccessible au public. Je l'ai fait savoir le 19 juin au service de communication du Château de Versailles. Comme celui-ci ne manifestait à priori aucun intérêt pour ma requête, je me suis alors fendu le 6 juillet 2018 d'un courrier de rappel au Château de Versailles et d'un petit courrier électronique au service de la DDCCRF des Yvelines. Entonnement, le dossier a très vite évolué et j'ai d'abord appris que des barrières en châtaignier avaient été mises en place jusqu’à fin juin aux abords de la Maison la Reine le temps que les pelouses prennent racine. Ensuite, j'ai découvert que ma remarque sur le manque d'information du site internet de l'établissement a été transmise à la Direction de la Communication en charge de transmettre les informations à leurs visiteurs. Cerise sur le gâteau, à titre de compensation, et si j'étais toujours en possession de nos billets du 9 juin, on me proposait de revenir avant le 31 décembre 2018 refaire la visite du Domaine de Trianon. Pour bénéficier de ce report de visite il nous suffisait de nous présenter muni de ce courriel et de nos billets à l'entrée des Trianon.

C’est ainsi que par la radieuse et ensoleillée journée du 25 octobre 2018, nous avons pu enfin accéder aux abords de la Maison de la Reine, comme quoi persévérer dans son droit est concluant.  

Etablissement public du Musée et du Domaine National de Versailles

Place d'Armes

RP 834

78008 VERSAILLES

Information et réservation au 01 30 83 78 00

Site web : www.chateauversailles.fr

Le Bistrot du 11, le bon coup sur Versailles, mais sans le vin

Cette table appartient à Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani, également propriétaire et chef du restaurant La Table du 11, distinguée d'une étoile en 2016 après seulement 6 mois d'ouverture. Côté références, ce jeune cuisinier (né en 1960) est passé par Gordon-Ramsay et Yannick Alleno, un joli cursus. Quant au Bistrot du 11, il a ouvert en mai 2017, et comme sa grande sœur de la Cours des Senteurs il a décroché dans la foulée une distinction au Michelin 2018, celle du Bib gourmand. J'ai longuement hésité entre ces deux établissements. Mais le manque de choix dans les menus de l'étoilé m'a finalement fait penché pour le Bib. Pourtant, ses propositions sont ultra simples et se déclinent en 2 formules : la première, avec entrée/plat ou plat/dessert pour 28 € 00, et la seconde, avec la totale entrée/plat/dessert pour 37 € 00 (soit le tarif maxi pour Paris et la région parisienne; en province c'est 33 € 00). Par contre, le client dispose de 4 choix dans chacune de ses composantes. Leurs intitulés égrènent juste les ingrédients, sans aucune emphase littéraire, encore plus sobres que l'étaient ceux d'Alain Chapel (Cf. diaporama).

Le restaurant dispose de deux salles pas très larges, ce qui engendre une certaine promiscuité; l'une se situe tout de suite après l'entrée, et l'autre, tout au fond de l'établissement. Entre les deux, la cuisine et un seul wc.

Nous avons sélectionné le menu complet à 37 € 00. Voici mes choix : Betterave, anguille, wasabi - Cochon, maïs, fenouil - Figue, sésame, sarrasin. Et ceux de mon épouse : Pied de cochon, cajou, chou rave - Merlu, coco de Paimpol, agrumes - Poire, réglisse, pécan.

Comme les différentes photos du diaporama cI-dessous en attestent, la présentation des ingrédients est particulièrement soignée et façonnée, de quoi mettre mettre le client dans les meilleures conditions gustatives. S'agissant de mon entrée, je l'ai trouvée un peu chiche en anguille. Pour mon dessert, bien que ce ne soit pas indiqué sur le menu, peut-être pour éviter d'être lié à un lieu de provenance en cas de rupture d’approvisionnement, les figues venaient de Solliès-Pont, une référence topissime. Pour les reste rien à redire, on flirte avec la cuisine d'un étoilé. A propos d'Orezza, il ne faut pas s'étonner de trouver cette eau pétillante à la carte, comme également pas mal de vins Corses, puisque Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani est étroitement liée à l'île de Beauté. Avec un service joyeux, jeune et sympathique, le Bib gourmand, côté nourritures solides est mérité.

Je n'en dirais pas autant des vins au verre dont le tarif est prohibitif et dissuasif, tout du moins pour nous. Ceci nous a d'ailleurs conduit à n'en prendre qu'un seul par personne. Il faut dire qu'à 9 € 00 l'unité de 12 cl, cela ramène la bouteille à 54 € 00 et le magnum à 108 € 00 ! Et quand la bouteille de ces mêmes vins est à la carte affichée 31 € 00 pour le Quincy et 35 € 00 pour le Côtes du Rhône, y'a pas à dire et pas d'erreur, c'est bien Versailles !

Le Bistrot du 11

Propriétaire : Jean-Baptiste LAVERGNE-MORAZZANI - Chef : Gabriel GRAS

10 rue Satory

78000 VERSAILLES

Tél. : 01 75 45 63 70

Site web : www.lebistrotdu11.com

Ouvert du mardi au samedi

Tony Joe White is dead !

Sa voix grave et chaude m'avait particulièrement marqué au début des années 70 quand j'avais entendu pour la première fois Polk salad Annie, son premier gros succès, qui sera d'ailleurs repris (très bien !) quelques années plus tard par Elvis Presley. Quand Tina Turner l'avait entendu, elle était persuadée que ce chanteur était "black", lui dont le patronyme était pourtant de la couleur opposée ! Elle avait inscrit à son répertoire 3 titres de lui, dont Steamy windows ! Un autre titre, The guitar don't lie, connaîtra également un gros succès. Composé initialement pour Joe Dassin, il sera traduit ensuite par Etienne Roda-Gill et interprété par Johnny Hallyday sous le titre de La guitare fait mal.

Le 24 octobre 2018, à 75 ans, sa voix s'est brutalement éteinte dans sa maison du Tennessee victime d'une crise cardiaque. 

"Rest in peace, Tony Joe". Il reste heureusement quelques vidéos pour te voir, te réentendre et t'apprécier à ta juste valeur. 

---------------------------------------------------------------------------------

 

Polk salad Annie par Tony Joe White

 

---------------------------------------------------------------------------------

 

Polk salad Annie par Elvis Presley !

 

---------------------------------------------------------------------------------

 

Steamy windows par Tina Turner

 

6 août 2018, Joël Robuchon est parti rejoindre d'autres étoiles

Deux dîners chez Joël Robuchon et deux souvenirs papillaires inoubliables, dont celui de la fameuse Purée de pommes de terre élaborée avec un minimum de 250 g de beurre par kilo de tubercules ... beurre pour lequel la brigade du Jamin s'employait à déployer des trésors d’ingéniosité afin d'en trouver la quantité nécessaire ...

Ce soir du 14 mars 1983 était celui de ma première visite au Jamin, ma seconde se situant le 2 novembre 1984. Mon dîner s'est composé au travers des propositions de la carte, à savoir : Ragoût d’huîtres et de noix de Saint-Jacques au caviar - Fameuse tête de cochon mijotée  "Monsieur Lucien Vannier" - Crêpes soufflées au citron vert et leur coulis (framboises ce soir-là), un dessert qui ne m'avait pas convaincu dans son association citron vert/framboises - Sorbet ananas et glace noix de coco - Mignardises - 1/2 Savigny "Lavières" 1979 de chez Tollot-Beau, le tout pour 404 francs.

Joël Robuchon, qui ne sortait jamais de ses cuisines, m'avait dédicacé ce menu ainsi que Christian Millau, présent lui aussi ce soir du 14 mars 1983. Il avait par contre demandé à son maître d'hôtel que je lui prête l'édition du Guide Michelin 1983 qui était en ma possession, et posée bien évidence sur la table, car il ne l'avait encore, ni vu, ni lu. En effet, à cette époque, la célèbre maison du pneumatique gonflé en envoyait un exemplaire à ses fidèles contributeurs et ce avant qu'il ne soit mis sur la marché !

Avec ce millésime 1983 du GM, Joël Robuchon décrochait sa deuxième étoile, juste un an après la première obtenue en 1982. La troisième arrivera en 1984, une performance qu'aucun autre chef n’avait réalisé auparavant mais aussi depuis !

Cette photo est un hommage à mes parents et grands-parents dont la triple activité commerciale "coiffeur-bar-restaurant" constituait un univers de convivialité inégalable et inégalé.

Ma Newsletter